Résultat des courses

J’ai posté mon article sans pouvoir réellement le terminer hier. Faut dire qu’avec la sirène qui s’est enclenchée, j’avais d’autres chats à fouetter que venir poster mes états d’âmes sur ce blog (même si j’avoue qu’écrire ici me soulage un peu).

Lorsque l’alerte s’est mise à sonner hier, j’ai de suite quitté mon pc pour aller à la fenêtre. J’ai vraiment hésité entre descendre et rester là où j’étais… D’un coté, je me disais que les filles auraient peut être besoin que je les attende en bas de l’immeuble, mais de l’autre… Si la sirène a retenti, c’était certainement pas pour rien…

J’ai pas compté le nombre de fois où ça a sonné. Des fois, le son commençait à baisser pour reprendre de plus belle. Mais j’y connais rien dans tout ça donc je me suis contentée de surveiller la rue de ma fenêtre (comme quoi, je suis pas très courageuse…). Je dirais que ça a duré environ 2/3 minutes mais après… J’ai pas utilisé de chrono. Et c’est pas évident d’avoir des certitudes sur ce genre de chose dans des tels moments.
Finalement, Nad et Karine sont arrivées en courant alors que l’alerte s’était arrêté depuis quelques secondes. À leurs visages, j’ai pu voir qu’elles étaient toutes les deux aussi affolées que moi.

Une fois rentrée au studio, on a fermé à moitié les volets et on est restée silencieuse pendant quelques minutes en surveillant l’extérieur. On savait pas vraiment quoi dire et je crois qu’on était juste toutes les trois effrayés. Surtout que… L’alerte a sonné mais on est loin du premier mercredi du mois. Donc le signal s’est enclenché pour une bonne raison, mais laquelle ?… Tout ça s’est déroulé hier mais j’avoue ne pas avoir de réponse à mes questions, même à présent. J’ai cherché sur le net mais j’ai rien trouvé de plus que ce que je devine déjà, mis à part que la prochaine fois, on devra faire preuve d’encore plus de vigilance concernant les règles de sécurité…

Après elles m’ont montré ce qu’elles ont réussi à récupérer. Malheureusement… Y’avait pas grand chose.
Pour commencer, le distributeur avait la vitre de cassé et bien entendu, des gens s’étaient déjà servis. Donc pas moyen de passer sa carte bleue pour acheter à manger… Apparemment, Nad lui aurait suggérer de prendre ce qu’il restait mais Karine ne voulait pas « parce qu’elle a les moyens de se payer à manger » à présent. Malgré la situation critique, c’était amusant de voir Nad en train de rire alors qu’elle me racontait tout ça. Un rire probablement nerveux plus que réellement amusé par la situation :
– Non mais tu réalises Emma ?! On a plus rien à bouffer à la maison et tout ce que Karine trouve à dire, c’est que voler, c’est mal !
Nad qui est plutôt partisane de respecter la loi coute que coute m’a surprise. Et Karine qui a plutôt tendance à être casse-cou aussi. Je sais qu’elle est fière de pouvoir se payer à manger à présent, mais je pensais pas que c’était à ce point là.

Bref, pour en revenir à leur balade… Elles étaient en train de commencer à se disputer lorsque la sirène s’est mise à sonner. Sur le moment, elles ont cru que c’était à cause de leurs présences dans les rues. Mais elles n’ont finalement pas perdu de temps et on récupéré ce que les gens ne voulaient pas. Ou comme dirait Karine, « ce que les gens n’ont pas eu le temps de voler ».

Résultat des courses :
– 1 boite de cassoulet,
– 2 boites de haricots verts,
– 5 plats tout préparé à faire réchauffer au micro-onde,
– 1 paquet de spaghetti de 500gr
– 1 bouteille de coca de 2 litres (je bénis celui qui l’a « oublié » dans le distributeur)
– 2 petits paquets de chips,
– 1 boite de cookies Bonne Maman,
– 1 Kinder Bueno
– 6 rouleaux de PQ
– et 2 boites de Tampax.
C’est pas le bout du monde mais c’est toujours ça de pris. Karine dit qu’on est tranquille pendant plus d’une semaine avec ça et ce qu’il nous reste encore à la maison.

Perso, j’espère surtout que Papa va bientôt arriver…

Publicités

La sortie de Karine et Nad

Tiens, l’électricité est de retour. Coupure de courant depuis hier. On a passé la soirée et la nuit dans le noir.

Du coup, on savait pas comment faire pour aujourd’hui… Hier, j’ai expliqué qu’on commence réellement à être en manque de bouffe et qu’on aura bientôt plus rien à se mettre sous la dent. Karine voulait partir au distributeur de bouffe pas loin d’ici pour acheter quelques trucs. Mais sans électricité, l’appareil ne devrait pas pouvoir fonctionner (sauf si l’appareil en question a toujours de l’électricité, contrairement à mon immeuble).

Bref, on a commencé la journée avec la boule au ventre. Habituellement, c’est moi la plus stressée des trois. Après, Nad a un coté maman-poule et tente de s’occuper de notre moral. Mais j’ai la sensation qu’elle déguste elle aussi. Il m’a semblé l’entendre pleurer sous la douche, ce matin. Il va falloir que je m’occupe d’elle également… Autant qu’elle s’occupe de moi depuis ce week-end.
Karine, elle… Elle est un peu comme le maillon fort de notre trio. Elle gère la bouffe, dit à Nad de faire à manger dès maintenant parce qu’on a pas encore de coupure de courant. Elle passe pas mal de temps sur le net aussi pour savoir où en est le monde. On a rigolé cette nuit en disant qu’elle est un peu comme notre chef-scout.

Pour en revenir à ce matin… Toujours pas d’électricité. Mais Karine voulait quand même sortir pour acheter des conserves aux distributeurs. Nad voulait l’accompagner pendant que moi, je restais à la maison pour surveiller l’arrivée de Papa.
J’avoue avoir été inquiète lorsqu’elles sont sorties. On s’est d’ailleurs fait un énorme câlin avant qu’elles sortent, un peu comme si c’était la dernière fois qu’on se voyait. Je les ai accompagné jusqu’en bas de l’immeuble et ça m’a vraiment fait bizarre de les voir s’éloigner dans la rue. Il y avait un silence de mort et voir les voitures toujours immobiles et à la même place depuis quelques semaines donne vraiment un air de ville fantôme à tout ce décor. J’étais mal à l’aise et j’ai fini par remonter rapidement à mon studio.

Je me suis douchée en speed et me voilà à nouveau sur ce blog pour y écrire mes péripéties et mes états d’âmes. Je lis dans vos commentaires que ce n’est pas rose partout, loin de là. Si Am Shagar écrit que la situation empire, ça veut dire que tout ce qui nous arrive n’est pas prêt de s’arrêter et qu’on ne va pas encore pouvoir reprendre une vie normale ?…
Je veux rentrer chez moi, je veux revoir mes parents…

Pour en revenir à l’absence de mon père… Je crois que Karine a un peu perdu espoir à son sujet. Elle commence à prévoir les choses comme si mon père n’allait jamais venir nous chercher. Je vais tenter de lui en parler parce que j’ai du mal à concevoir qu’elle voit les choses sous cet angle. Je sais que mon père aurait dû arriver dimanche dernier mais je peux pas partir du principe qu’il ne viendra pas. Bref, je m’entends bien avec elle mais j’ai un peu peur de sa réaction. J’ai peur aussi que ses paroles en retour me fassent mal…

Les filles sont encore dehors et… Je viens tout juste d’entendre la sirène (celle qui s’enclenche chaque premier mercredi du mois)… Je suis vraiment très inquiète…
J’hésite à aller en bas de l’immeuble ou à attendre à la fenêtre…

J’espère qu’elles vont bien…